Compagnie

Présentation

Avant même d’intégrer le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, Yan Raballand commence à rêver la musique en mouvement en écoutant l’œuvre de Jean-Sébastien Bach.

Fasciné par la richesse de ces compositions, le contrepoint est alors devenu source d’inspiration. Cette notion devient le support d’une recherche permanente de l’alchimie entre la musicalité, l’écriture chorégraphique et la relation aux interprètes.

Cette quête, transfigurée à travers les différentes créations du répertoire (Flux, Les Habits neufs du Roi, Les Bulles Chorégraphiques, Contrepoint,…) voyage dans des univers contrastés de l’abstraction à la narration, du plateau au In Situ, de l’architecture rigoureuse aux instantanés poétiques. Le tout avec pour seul décor l’épure de l’espace.

La compagnie appelée Contrepoint pour affirmer la signature du chorégraphe, reçoit le prix du public avec son spectacle Viola, concours de danse contemporaine [Re]connaissance - 2010.

Contrepoint est aujourd’hui conventionnée par la Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Auvergne Rhône Alpes et par la Région Auvergne Rhône Alpes. Ces soutiens encouragent la compagnie à la création d’œuvres chorégraphiques singulières et au développement de son travail en résonance avec les territoires.

Yan Raballand

CHOREGRAPHE

Après sa formation au conservatoire de la Roche sur Yon puis au CNSMD de Lyon, Yan Raballand mène parallèlement son parcours d’interprète et de chorégraphe.

Il participe, au côté de Christian Bourigault, au déchiffrage vidéo du solo F. et Stein de Dominique Bagouet (2000).
Il travaille, comme interprète, avec Odile Duboc pour la création des Opéras Cadmus et Hermione (2001) et Vénus et Adonis (2007) dirigés par Christophe Rousset et mis en scène par Ludovic Lagarde, mais également pour la création de La Pierre et les Songes (2008) et la reprise d’Insurrection (2009).
Avec Stéphanie Aubin pour la création d’Ex’Act (2002), Standards (2004) et une reprise de rôle dans Miniature (2008). Avec Dominique Boivin pour les Opéras Les Amours de Bastien et Bastienne (2002/2004/2007) dirigé par Laurence Equilbey et mis en scène par Claude Buchwald, et Macbeth (2016) mis en scène par Olivier Fredj au théâtre de la Monnaie ; ainsi que pour A quoi tu penses ? (2005) sur des textes de Marie Nimier.
Avec Bernadette Gaillard pour L’homme assis dans le couloir (2003) mis en scène par Stéphane Auvray-Nauroy et pour Ces p’tites paroles en l’air (2007).
Il est également interprète auprès de Pascale Houbin pour son projet sur les gestes des métiers Aujourd’hui à deux mains (2009).

Il crée la compagnie contrepoint en 2002 avec laquelle il réalise plusieurs œuvres : Amorce (2002), Au devant de la (2003), Obstinée (2004), Ici et là en collaboration avec Sylvie Giron (2005), Grün (version jardin en 2006, version scène en 2008), Krafff en collaboration avec Johanny Bert (2007), L’ange (2008), Contrepoint (2010), Viola (2010), Les Bulles chorégraphiques (2011), Vertiges (2012), le bal disco (2014), Sens (2015), Les Habits Neufs du Roi (2015), Flux (2018)…

Yan Raballand est aussi invité à chorégraphier pour le Ballet du Rhin (Wohin, 2002) ou encore pour le jeune ballet du CNSMD de Lyon (La java du diable, en 2001 ; Allegro et Chaconne, en 2003 ; Bics et Plumes, en 2009).

Il collabore également sur des projets de théâtre, d’opéra ou d’arts numériques avec d’autres artistes comme Johanny Bert (Krafff (2007), 2 doigts sur l’épaule (2013), sextoy - laboratoire (2014), le petit bain (2017), Dévaste moi (2017), Laurent Brethome (Bérénice (2011), l’Orféo (2013), Adrien Mondot & Claire Bardainne (le mouvement de l’air (2015)

Il enseigne ponctuellement pour plusieurs écoles de formation chorégraphique ou dramatique telles que le CNSMD de Lyon ou l’école de la Comédie de Saint Etienne.

Son travail se base sur trois notions essentielles que lui évoque le contrepoint : la musicalité, l’écriture chorégraphique et la relation à l’autre.

L'équipe