Chorégraphie : Yan Raballand Interprètes : Evguenia Chtchelkova , Bérengère Fournier, Jean-Camille Goimard, Aurélien Le Glaunec Musique : Viola II de Walter Fähndrich Lumières : Laurent Matignon Costumes : Dominique Fabrègue Régie : Thibaut Garnier Photographies : Jean-Louis Fernandez

Avec le soutien de :
l’Athénéum - théâtre universitaire de Dijon (Résidence de création)

Remerciements au CND/Lyon et Cie Propos-Denis Plassard La résidence de la compagnie a obtenu le soutien de la Drac Bourgogne

Durée : 21 min

Quatuor

prix du public / concours (re)connaissance 2010 organisé par le CDC le Pacifique de grenoble et la Maison de la Danse de Lyon.

Viola est un quatuor, un contrepoint à 4 voix. C’est la continuité d’un mouvement inexorable. La poursuite d’une forme d’écriture chorégraphique où le mouvement sans interruption se renouvelle constamment. Une suite de balancements, de mouvements en boucles, de répétitions qui se superposent comme un flux hypnotique. Le mouvement précisément identique, exactement dupliqué laisse apparaître une forme de perfection, de performance mais surtout donne à voir le rapport d’espace et de temps entre chaque interprète. L’air qui les entoure, qui les enveloppe et qui change de densité. Leurs liens de contact et de connexion. L’unisson provoque à l’œil la même vibration que l’accord parfait à l’oreille. Une sorte de point d’équilibre qui menace à chaque instant de basculer. Une verticalité fragile qui n’a de force que par l’ivresse qu’elle traverse. Un paradoxe d’apaisement et d’exaltation.